Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Soleil D'Afrique.CG

Soleil D'Afrique.CG

Quotidien de Décryptage et d'Analyses d'Informations Générales. Contacts : +242069884371/068899445. Mail : soleild741@gmail.com. Siège, 26, Rue Mbemba Bakoulou, Mfilou Ngamaba, Quartier INZOULI


Congo/Corrupteurs et corrompus finie la récréation, car personne n'est au dessus de loi. Dixit: Emmanuel Olita ONDONGO.

Publié par Soleil d'Afrique.CG sur 11 Juin 2021, 09:50am

Catégories : #Economie

Corrupteurs et corrompus finie la récréation car, personne n'est au dessus de la loi. Tel est l'engagement pris le 08 juin 2021 a Brazzaville par le président de la haute autorité de lutte contre la corruption Emmanuel Olita ONDONGO. C'était a l'occasion du lancement de la campagne de sensibilisation et de vulgarisation des textes de référence de cette institution. Pour ce premier jour la haute autorité de lutte contre la corruption était face aux cadres du ministère des finances, du budget et du portefeuille public conduits par le ministre délégué auprès du ministre des finances, charge du budget Ludovic Ngatse. 

L'ignorance de la loi et l'impunité font parties des facteurs qui freinent la mise en application de la loi 03 2019 du 07 février 2019 qui créée la haute autorité de lutte contre la corruption. D'où l'intérêt de cette campagne de sensibilisation. Parmi ces textes a vulgariser figurent le code pénal, les conventions internationales ratifiées par la République du Congo, la loi fondamentale et bien d'autres. Cinq thèmes au total ont été développés par les cadres de cette institution, pour la présentée, expliquée, son écosystème national, les procédures de saisine, la place et les missions de la haute autorité de lutte contre la corruption dans l'application de cette loi. 

D'abord qu'est ce que la corruption? Emmanuel Olita ONDONGO la définie comme une action de détourner quelqu'un de son devoir, pour l'engager a faire quelque chose contre l'honneur, moyennant finance. Ainsi, sur l'echequiert international, le Congo ne fait pas bonne figure en matière de lutte contre la corruption qui gangrène la société a-t-il ajouté. 

De son côté, Rufin Arsène Bakouetama définis l'institution et ses missions. La haute autorité de lutte contre la corruption est un organe administratif indépendant, jouissant la personnalité morale et de l'autonomie financière. L'un de ces missions consiste à constater les infractions relatives à la corruption, la contussion, la fraude, et les infractions assimilées, chercher les preuves materiels et tangibles des présumés coupables. La lutte contre la corruption est une affaire qui inclut tous les citoyens a-t-il signifié. Cependant, le président de la République, du sénat, et de l'assemblée nationale sont les autorités habiletés a saisir cette institution. Les autres citoyens peuvent également la saisir par voie de plainte ou de dénonciation. L'institution peut aussi s'autosaisir. La mise en application de la loi sur la déclaration des biens souffre elle également l'inculture des citoyens et la lenteur administrative a-t-il déploré. Le ministre délégué auprès du ministre des finances, charge du budget Ludovic Ngatse a promis de soutenir la haute autorité de lutte contre la corruption. 

A noter que cette campagne va se poursuivre dans d'autres administrations. A propos de la loi sur la déclaration des biens, Germain Loubota a indiqué que cette loi est un instrument efficace de saisine dans la lutte contre la corruption devrait en réalité par un coup d'accélérateur dans la lutte contre la corruption au Congo. Malheureusement, deux ans après la promulgation de cette loi par le président, on constate que l'application de cette loi semble se heurter à des difficultés de trésoreries a-t-il déploré. 

L'existence de cette loi qui porte sur la déclaration du patrimoine a-t-il poursuivi tire sa source de la convention des nations unies contre la corruption ainsi que la convention de l'Union africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption. Et cette dernière qui a été adopté en 2003 et ratifiée par le Congo en septembre 2005 indique clairement la prise de conscience par l'Afrique des effets négatives de la corruption et de ces conséquences néfastes sur le développement économique et social des états. 

Ainsi, pour s'attaquer aux causes profondes de la corruption sur le continent, les Etats membres visent la bonne gouvernance en général, et la lutte contre la corruption en particulier ont convenu a l'article 07 de ladite convention d'exiger que tous les agents publics ou ceux qui sont désignés déclarant leur bien. 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents