Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Soleil D'Afrique.CG

Soleil D'Afrique.CG

Quotidien de Décryptage et d'Analyses d'Informations Générales. Contacts : +242069884371/068899445. Mail : soleild741@gmail.com. Siège, 26, Rue Mbemba Bakoulou, Mfilou Ngamaba, Quartier INZOULI


Journée de l'enfant africain/Le gouvernement de la République du Congo réaffirme son engagement à faire respecter les droits de l'enfant et s'engage à mettre en oeuvre les recommandations issues de la charte africaine des droits et du bien être de l'enfant.

Publié par Soleil d'Afrique.CG sur 17 Juin 2021, 10:06am

" 30 ans après l'adoption de la charte : accélérons la mise en oeuvre de l'agenda 2040 : pour une Afrique digne des enfants". C'est sur ce thème qu'est célébré le 16 juin la journée de l'enfant africain. Au Congo, l'événement a donné lieu a un symposium co-organisé par le gouvernement congolais et l'UNICEF. Symposium axé sur les recommandations issues du rapport sur l'application de la charte africaine des droits de l'enfant période 2014-2020. La cérémonie était placée sous les auspices Irène Marie Cécile Mboukou, ministre des affaires sociales et de l'action humanitaire en présence des ses homologues de la santé, de l'enseignement secondaire et de la justice. 

Au cours de ce symposium, les débats ont tourné autour de la recommandation 12 de ladite charte notamment celle qui demande au gouvernement congolais de diffuser la charte et sensibiliser sur les droits et obligations consacrés aux enfants, aux parents, aux enseignants, et aux responsables communautaires; diffuser largement au public son rapport au comité sur la mise en oeuvre de la charte. Parmi les types de mesures prises par le gouvernement pour diffuser la charte africaine et sensibiliser sur les droits des enfants, on note essentiellement entre autres la systématisation de la célébration de la journée de l'enfant africain pour sensibiliser la communauté et les gouvernements sur les thèmes spécifiques définis par l'Union africaine. 

Après exposition de la recommandation 12 de la charte africaine des droits et du bien être de l'enfant par les responsables de l'UNICEF, un échantillon d'élèves en classe de 3eme, 4eme, 6eme et CE2 ont posé plusieurs aux panelistes notamment celles liées aux violences basées sur le genre observées dans le milieu scolaire, le phénomène bébés noirs qui prend des proportions inquiétantes, le manque des bibliothèques dans les établissements scolaires, l'absence des cellules des pairs éducateurs installées dans les écoles...

Répondant aux préoccupations desdits élèves telle celle liée à la scolarisation des enfants, jean Luc Moutou, ministre de l'enseignement préscolaire, primaire secondaire et de l'alphabétisation a indiqué qu'au Congo la constitution du 25 octobre 2015 garantit a tous les enfants le droit à l'éducation et l'égal accès à l'enseignement et a la formation, sans discrimination. La scolarité est gratuite et obligatoire jusqu'à 16 ans. 

S'agissant de la question liée au travail des enfants, Irène Marie Cécile Mboukou a signifié que le gouvernement congolais par le biais du ministère des affaires sociales prévient et combat de manière concrète le travail des enfants, et fait en sorte que l'âge minimum du travail des enfants dans les travaux dangereux soit respecté; renforce les mécanismes d'inspection, poursuit les individus et les entreprises qui engagent des enfants dans les pires formes de travail, introduit la responsabilité sociale des entreprises dans le secteur privé, et examine les programmes existants visant à lutter contre le travail des enfants et leur exploitation économique 

Quant à la préoccupation des crimes perpétrés par les enfants mineurs, Irène Marie Cécile mboukou a indiqué que l'âge minimum de la responsabilité pénale est fixé à 12 ans, ce, conformément à la norme au plan international. Le gouvernement congolais met en place les tribunaux plus adaptés à l'enfant a travers le pays, conformément aux directives relatives aux enfants dans le système de justice en Afrique a-t-elle ajouté. Le gouvernement prend rapidement des mesures en vue de fournir un environnement familial de substitution aux enfants déplacés et orphelins, et d'assurer leurs accès aux services de base a-t-elle poursuivi. 

A noter que le gouvernement congolais a réaffirmé qu'il prendra toutes les dispositions pour permettre une meilleure réalisation de la mission qu'il se propose d'effectuer au Congo en matière des droits de l'enfant. 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents