Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Soleil D'Afrique.CG

Soleil D'Afrique.CG

Quotidien de Décryptage, d'Investigation et d'Analyses d'Informations Générale. Contacts : +242069884371/068899445. Mail : soleild741@gmail.com. Siège, 26, Rue Mbemba Bakoulou, Mfilou Ngamaba, Quartier INZOULI


Congo/Réformes de l'Etat: Luc Joseph OKIO entend d’ici 2027 faire du ministère en charge de la réforme de l’Etat : « une institution moderne, efficace, innovante assurant un rôle essentiel dans la construction d’un Etat fort, au service des populations.

Publié par Soleil d'Afrique.CG sur 21 Juillet 2021, 18:34pm

Catégories : #Societe

Il s’est tenu du 19 au 20 juillet 2021, dans la salle de conférence du ministère de la justice, des droits humains et de la promotion des peuples autochtones, le séminaire d’orientation interne à l’attention du personnel du ministère en charge de la réforme de l’Etat (MCRE), sous le patronage de Luc Joseph OKIO, ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la réforme de l’Etat. 

Co animés par deux experts nationaux messieurs Daniel MIKAYOULOU et Firmin Kitsoro KINZOUZA, ce séminaire qui a rassemblé 70 cadres et agents du ministère a connu trois (3) temps forts, à savoir : la cérémonie d’ouverture ;le déroulement des travaux ;la cérémonie de clôture.

Dans son allocution d’ouverture, le ministre s’est d’abord appesanti sur le renforcement des capacités des ressources humaines du ministère en vue de rendre efficient l’accomplissement des missions assignées à ce département ministériel. Il s’agit surtout d’envisager la mise en place des synergies en vue de la cohésion de l’équipe que nous devrions constituer. Par conséquent, tous le personnel doit se sentir concerné par la réalisation des attributions du ministre telles que prescrites par le décret nº-2021-346 du 6 Juillet 2021.

Ensuite, le ministre délégué a rappelé que le cadre référentiel de la réforme de l’Etat est  le projet de société de Son Excellence Monsieur Denis SASSOU N’GUESSO, Président de la République du Congo, « ENSEMBLE POURSUIVONS LA MARCHE ».

Ce référentiel est structuré autour de neuf (9) axes,  dont l’axe n°1 relatif à la « Consolidation des fondements du vivre ensemble » expose clairement les orientations stratégiques en matière de la réforme de l’Etat, à savoir : renforcer l’Etat de droit, la stabilité et la démocratie, approfondir la décentralisation, rationaliser l’Etat et améliorer la gouvernance publique.

Le ministre a, par ailleurs, fait observer que la réforme de l’Etat devra permettre de relever les défis politiques, sociaux, technologiques, économiques et de la mondialisation auxquels le pays est confronté. Tandis que l’impact des réformes devra être mesuré à l’aune de l’amélioration du fonctionnement des institutions et de l’Administration publique ainsi qu’à la satisfaction que les réformes apportent aux attentes de nos concitoyens.

S’agissant de sa vision, le ministre entend d’ici 2027 faire du ministère en charge de la réforme de l’Etat : « une institution moderne, efficace, innovante assurant un rôle essentiel dans la construction d’un Etat fort, régulateur, devéloppeur, protecteur au service des populations.

Un ministère moderne qui saura s’arrimer aux nouvelles technologies de la communication (NTIC) et apte à relever les défis de la mondialisation. Un ministère qui assure le développement de la coopération avec les autres départements ministériels, les organisations de la société civile et le secteur privé.

En ce qui concerne le style de leadership, le ministre entend promouvoir un leadership transformationnel au sein du ministère. En raison de ce que ce type de leadership met l’accent entre autres sur : une vision claire qui donne du sens et oriente l’ action; une vision qui  permet de guider, de mutualiser les intelligences, de mobiliser les énergies de ses collaborateurs, etc; des objectifs clairs et pertinents définis sur une base participative ou en privilégiant le dialogue en vue d’atteindre des résultats; une relation de confiance avec ses collaborateurs;

Au sujet des valeurs, le ministre entend non seulement la lutte contre les antivaleurs, mais aussi d’autres valeurs telles que : l’intégrité, l’intérêt général, l’équité, le respect de la hiérarchie, etc.

S’agissant des principes et des valeurs qui doivent guider le travail du ministère de la réforme de l’Etat, tout en renvoyant aux principes prescrits dans la Charte africaine de la fonction publique, le ministre a cité entre autres : l’égalité des usagers devant le service public et l’administration; le rejet de toute forme de discrimination y compris basée sur le lieu d’origine, la race, le sexe, le handicap, la religion, l’ethnie, l’opinion politique, l’appartenance syndicale ou à toute autre organisation légale; l’impartialité, l’équité, le respect de la légalité dans les prestations des services. ; la continuité du service public en toute circonstance; l’adaptation des services publics au besoin des usagers; le professionnalisme et l’éthique dans le service public et l’administration.

L’objectif visé est de doter le pays d’un cadre de référence de planification de la réforme de l’Etat.

L’ensemble des communications présentées par les exposants ont données lieux à des riches et vifs débats ainsi qu’à des échanges interactifs. Les préoccupations des participants ont porté notamment sur : les garantis que le ministre doit avoir de la part du Président de la République, du Premier ministre et des autres ministres dans le cadre de la mise en œuvre des réformes afin de lever tous les obstacles éventuels ; la stratégie que le ministre délégué entend mettre en œuvre pour atteindre les objectifs assignés à la réforme de l’Etat ;le logiciel mental  à mettre en œuvre dans le cadre de la réforme de l’Etat ; pourquoi la loi sur la déclaration sur le patrimoine tarde t-elle à être mise en œuvre ? la stratégie de communication  à promouvoir dans le domaine de la réforme de l’Etat ; la communication entre le ministre et ses collaborateurs  et la nomination des cadres aux postes de responsabilité ;

S’agissant de la question des garanties soulevée par certains participants, monsieur le ministre a relevé qu’il bénéficie de la confiance du Président de la République et du Premier ministre, chef du gouvernement, pour sa nomination à ce poste. Mais il y a aussi son expérience personnelle, ce sont là autant des atouts qui lui permettront de lever bien des obstacles et atteindre les résultats.

Le concept de logiciel mental a été clarifié par le Dr KINZOUNZA. Il contient deux mots clefs : « logiciel » qui renvoi à un programme et « mental » qui renvoi à des habitudes, des mentalités.

Or, notre logiciel mental a été programmé vers la destruction, il nous faut reprogrammer notre logiciel pour aller vers la construction. C’est-à-dire bannir les mentalités qui tirent vers la régression pour se focaliser vers les habitudes qui vont vers le progrès.

En ce qui concerne la mise en œuvre de la loi sur la déclaration sur le patrimoine, il a été relevé que cette loi est un texte d’application de la Constitution qui oblige tous ceux qui sont nommés à une haute fonction de déclarer leur patrimoine à la prise et à la cessation de leur fonction. Récemment, la Cour suprême venait de se pencher sur cette loi en précisant les modalités de déclaration de patrimoine devant cette juridiction. On peut dire que le processus de mise en œuvre de la déclaration de patrimoine est engagé.

La question de savoir pourquoi dans l’aperçu bilanciel de la réforme de l’Etat une part belle est faite aux réformes des années 1960 et l’on n’a pas évoqué les réformes en rapport avec le processus de démocratisation des années 1990. La raison est qu’il manque un document de référence qui recense toutes les réformes engagées dans notre pays. C’est donc à la réalisation de ce travail que les cadres du ministère en charge de la réforme de l’Etat ont été invité.

En ce qui concerne la stratégie de communication que le ministère doit promouvoir en matière de la réforme de l’Etat, il a été envisagé que : les cadres du  ministère en charge de la réforme de l’Etat fassent preuve d’exemplarité dans l’accomplissement de leurs  missions ; la création de cellule de communication et  de site web,  l’élaboration des dépliants et de divers supports  et même le recours aux « boites à idées » pour recueillir les suggestions des agents et des usagers autant des moyens pour  promouvoir la visibilité et la lisibilité du ministère en charge de la réforme de l’Etat.

La problématique des rapports entre le ministre et collaborateurs et celle de la nomination des cadres aux postes de responsabilité soulevée par les participants a conduit le ministre à rassurer que les cadres du ministère.

La latitude est laissée au personnel de rencontrer le ministre en fonction de son agenda, en passant par le service du protocole.

La nomination des cadres se fera sur la base de CV et les agents devront candidater et répondre aux exigences de chaque poste de travail. Au cas où le ministère n’aurait pas les ressources humaines requises, il sera fait appel aux agents des autres ministères.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents