Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Soleil D'Afrique.CG

Soleil D'Afrique.CG

Quotidien de Décryptage, d'Investigation et d'Analyses d'Informations Générale. Contacts : +242069884371/068899445. Mail : soleild741@gmail.com. Siège, 26, Rue Mbemba Bakoulou, Mfilou Ngamaba, Quartier INZOULI


Afrique/Quelle place et quel avenir pour les hommes d'affaires et les entrepreneurs africains en Afrique?

Publié par Soleil d'Afrique.CG sur 22 Août 2021, 18:30pm

Catégories : #Economie

Le continent africain ne va pas se métamorphoser sans l'apport de ses hommes d'affaires ou entrepreneurs. Dans le monde capitaliste qui est le nôtre, il est important pour certains princes africains de comprendre une fois pour toute que nous ne sommes plus à l'état providence mais bel et bien à celle de l'individu et celle du secteur privé. Très souvent dans plusieurs pays africains, les hommes d'affaires ou entrepreneurs africains sont marginalisés, combattus et frustrés, tout laisse à croire que réussir en Afrique est un véritable problème. Pendant qu'en Occident et dans le reste du monde les états font tout pour protéger leur hommes d'affaires ou entrepreneurs dans certains pays africain c'est tout le contraire. 

Ceux qui dirigent ces états font tout pour faire tomber leurs champions, ceci au profit des investisseurs étrangers. Ce qui leurs donnent des lors un double avantage, car ils sont protégés et soutenus par leurs états et sont traités royalement en Afrique. Il faut tout de suite noter que ce phénomène est plus l'apanage de l'Afrique francophone. Car dans certains pays notamment anglophones, les choses se passent différemment. Ce n'est donc pas un hasard si le plus grand capitaine d'industrie du continent africain vient de ces pays. Le Maroc fait également figure d'exemple dans cette démarche, le Roi du Maroc Mohamed VI a fait de hommes d'affaires marocains sa priorité. Par exemple entre 2001 a 2019 il a fait 21 visites officielles dans 13 pays mais toujours accompagné des plus important chefs d'entreprises de son pays. 

Ceci dit, comment comprendre qu'il soit si difficile pour un africain d'investir en Afrique. Ce constat d'ailleurs a été fait par Alico Dangotte qui a rencontre de plus grandes difficultés d'investir en Afrique francophone. On peut se rappeler de ses déboires au Sénégal et au Cameroun. Comment pensons nous réussir à nous développer à élever nos standards de vie quand l'essentiel de notre économie est contrôlé par d'autres. Le marché américain appartient en priorité aux Américains, le marché européen par les européens et le marché chinois par les chinois....Ce n'est qu'en Afrique que notre marché appartient aux étrangers. Qu'elles place accordons nous a Dangotte, à l'usine Bayo, a l'entreprise Eco Oil, Sapro, déjà au niveau de la considération la liste n'est pas exhaustive. Ailleurs, les entrepreneurs font l'objet d'une attention particulière, et les états dans leurs diplomaties économiques transforment leurs chefs d'états en agent commercial de luxe au service des grandes entreprises privées de leurs pays. 

C'est ainsi que lors de leurs différents déplacements à travers le monde, l'essentiel de leur délégation est constituée des hommes d'affaires. Tandis que dans la plupart des pays notamment en Afrique francophone les chefs d'états se déplacent avec leur ministres et les membres de leur familles. Leurs visites dans d'autres pays du monde s'apparentent très souvent à des séjours touristiques. Ailleurs on voit les chefs d'état se battre pour aider les entreprises pourtant privées a vendre a l'extérieur. On se souvient encore de déplacement décisif de Nicolas Sarkozy en Egypte pour vendre des avions rafales du groupe Dassault qui avait du mal à trouver preneur sur la scène internationale. On peut encore noter l'implication personnelle des présidents américains Barack Obama ou Donald Trump dans l'acquisition de plusieurs espaces par les entreprises américaines a travers le monde. 

C'est le cas également pour ce qui concerne la Turquie, la Chine et même l'Inde. Bil Gate, Jeff Bezos, Marck Zugerberg ne seraient si riche si puissant sans le soutient et l'accompagnement des états unis, il en est de même pour Jacques Maa le fondateur Dali baba qui est soutenu par son pays la Chine. Le groupe Bolloré ne dominnerait pas autant l'Afrique francophone sans le soutien et l'accompagnement de son pays la France. Ainsi, les exemples comme ceux ci sont légitime. Pour revenir en Afrique, combien de chefs d'états africains reçoivent leurs hommes d'affaires, très peu, et quand certains sortent du tunnel pour le faire, très rapidement et comme par hasard, mes médias occidentaux parlent de relations douteuses. 

Si un homme d'affaire africain est reçu par un chef d'état africain toute suite on parle de connivence, or c'est bien la moindre des choses, et surtout que ce n'est pas assez. Les entrepreneurs africains devraient être reçus régulièrement par les chefs d'états africains, ce qui est très loin d'être le cas aujourd'hui. Alors arrêtons de nous laisser manipuler. Trouvez vous normale que Bolloré dont la fortune n'est que le tiers de celle d'Alico Dangotte soit reçu partout en Afrique francophone comme un chef d'état, tandis que Dangotte subit toutes les frustrations du monde pour rencontrer certains chefs d'états africains. Il est temps que change. Ce sont les hommes d'affaires africains qui peuvent aider l'Afrique, ils doivent être prioritaires et les autres complémentaires et non l'inverse. Qu'un capitaine d'industrie africain soit reçu ou soit réputé très proche de certain président africain n'a rien d'extraordinaire et d'anormal c'est bien la moindre des choses et c'est le cas partout dans le monde. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents