Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Soleil D'Afrique.CG

Soleil D'Afrique.CG

Quotidien de Décryptage, d'Investigation et d'Analyses d'Informations Générale. Contacts : +242069884371/068899445. Mail : soleild741@gmail.com. Siège, 26, Rue Mbemba Bakoulou, Mfilou Ngamaba, Quartier INZOULI


Congo/Lutte contre la corruption: Il est incompatible de sauver d'un côté l'émergence d'un pays, et de l'autre entretenir dans ce même pays, les antivaleurs comme la corruption la fraude...

Publié par Soleil d'Afrique.CG sur 19 Septembre 2021, 14:31pm

Catégories : #Societe

Congo/Lutte contre la corruption: Il est incompatible de sauver d'un côté l'émergence d'un pays, et de l'autre entretenir dans ce même pays, les antivaleurs comme la corruption la fraude...

La campagne de sensibilisation sur la corruption et de vulgarisation des textes juridiques de la haute autorité de lutte contre la corruption dans les administrations publiques se poursuit. Le mercredi 15 septembre 2021 Emmanuel Olita ONDONGO s'est rendu au ministère de l'économie du plan, de la statistique et de l'intégration régionale où il a eu des entretiens avec la ministre Ingrid Olga Ghislaine Ebouka Babakas et les cadres de ce département ministériel. Question de vulgariser davantage les missions de son institution. 

Cette descente au ministère de l'économie du plan, de la statistique et de l'intégration régionale est la quatrième du genre du président de la Halc Emmanuel Olita ONDONGO dans les administrations publiques. Il s'est agit pour le président de la Halc de présenter son institution auprès des cadres et agents du ministère de l'économie du plan, de la statistique et de l'intégration régionale tout en leur expliquant le rôle de celle-ci. Dans l'application des 48 mesures issues de l'accord entre le Congo et le FMI, le gouvernement de la République du Congo plus que jamais déterminé a prévenir et a lutter résolument contre la corruption, la concussion, la fraude et les infractions assimilées, a entrepris depuis 2019, la réforme de son dispositif institutionnel de prévention et de lutte contre la corruption, qui a abouti à la création de la Halc en remplacement de l'observatoire anti corruption a-t-il rappelé. 

Après avoir écouter attentivement le président de la Halc, la ministre de l'économie du plan, de la statistique et de l'intégration régionale s'est réjouit de cette campagne de sensibilisation qui selon lui integre la mise en oeuvre du premier plan national de développement PND 2018-2022 visant la promotion de la bonne gouvernance. La corruption étant la mère des vices en matière de gouvernance, sa prévention et sa répression constituent le premier champ de bataille ou est jugée la volonté réelle des pouvoirs publics d'enraciner la culture d'intégrité au sein du service public a signifié Ingrid Olga Ghislaine Ebouka Babakas. 

Martin DJOUOB, le Chef de Département de la Planification, du Suivi et Evaluation a la Halc, a dans son exposé présenté l'écosystème National de lutte contre la corruption, Rôle, place et Développement de la HALC. il a également relevé les enjeux et défis de la corruption et la réponse national face à la corruption et que l’écosystème national de lutte contre la corruption concerne tous les acteurs étatique, les médias, les administrations pour vulgariser l’arsenal juridique et la mise en œuvre de son  plan d’action.

De son côté Ghislain MBONGO, Conseiller Administratif et Juridique du Président de la HALC, a centré son exposé sur la HALC et ses procédures de saisine. La  HALC a le pouvoir de saisir d’office ou d’être saisie par le Président de la République le Président du Sénat, le Président de l’Assemblée Nationale sur la base des indices probants ; mener les enquêtes ou investigations sur les faits de corruption, de concussion et de fraude, d’obtenir de toute autorité publique ou de toute personne physique ou morale, la communication des informations et desu documents dans le cadre des investigations qu’elle entreprend a-t-il expliqué

Ruffin BAKOUETANA, Assistant du Secrétaire Général de la HALC a exposé sur l’Aperçu Générale de la Loi anticorruption, la corruption selon le code pénal selon la Loi anticorruption du 22 septembre 2009, les dispositions fondamentales de la loi, les difficultés d’application de la Loi anticorruption, les sanctions prévues par le code pénal et a terminé par la Convention des Nations Unies contre la Corruption et les dispositions fondamentales de la nouvelle loi anticorruption qui a apporté des grandes innovations explique-t-il. 
« Lutte contre la corruption : place de la loi relative à la déclaration du patrimoine », a constitué le dernier exposé de cette séance de sensibilisation et de vulgarisation des textes juridique de la HALC.

Germain LOUBOTA, Chef de Département de la Propagande, la Sensibilisation et de la Communication de cette institution a déclaré que l’article 104 du règlement N°1/CEMAC/CM portant prévention et répression du blanchiment des capitaux, la saisine du Procureur de la République est territorialement compétente et que dans cet aspect on parle des autorités judiciaires qui peuvent conduire des poursuites conformément à l’article 58 du décret N° 2019-391 du 28 novembre 2019. Il a fait aussi état de la saisine directe du Tribunal correctionnel et que la HALC a aussi le droit de suivre l’exécution de justices rendues en matière de lutte contre la corruption, la concussion, la fraude et les autres formes. Il y a des difficultés d’application de la loi anticorruption parce que cette loi est mal connu par le public congolais deux ans après sa promulgation par le Président de la République cette loi se heurte à des difficultés d’application.
« Sans ce combat, il est difficile de réaliser notre programme de développement », a indiqué Germain LOUBOTA.
En 2022, la HALC va élaborer son plan de lutte contre la corruption et que cette année 2021 est une période de prévention. Il a fait remarquer que les observations de la Conférence de Dakar 2013 sur les déclarations du patrimoine en Afrique, il y a la lenteur administrative et à qui profite-t-elle ? Il y a le manque de courage politique pour lutter contre les antivaleurs, le déficit de culture de contrôle et de déclaration des biens.


A noter que cette vague de campagnes de porte à porte qui fera la ronde de tous les ministères, aura pour points de chute, la Primature, les 2 chambres de parlement et la Présidence de la République, avant de clôturer par un carnaval anticorruption, dans nos deux (2) villes capitales, Brazzaville et Pointe.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents