Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Soleil D'Afrique.CG

Soleil D'Afrique.CG

Quotidien de Décryptage, d'Investigation et d'Analyses d'Informations Générale. Contacts : +242069884371/068899445. Mail : soleild741@gmail.com. Siège, 26, Rue Mbemba Bakoulou, Mfilou Ngamaba, Quartier INZOULI


Religion/La loi du semer et du récolter est inexorable et que nous y croyions ou pas n'affecte pas son dessein ou son fonctionnement.

Publié par Soleil d'Afrique.CG sur 10 Septembre 2021, 11:19am

Catégories : #Religion

MATIERE A REFLEXION
Depuis le début de ce XXIème siècle, nous assistons à la montée des Mouvements des Femmes qui réclament la fin du traitement inégal qu’elles subissent et demandent respect, réparation et une réforme des mœurs de la part des hommes, suite à toutes les violences sexuelles que les hommes aux postes de pouvoir ou en position de force ont perpétrées et continuent de perpétrer contre les femmes pour satisfaire leurs fantasmes et affirmer leur domination sur le soi-disant ‘‘sexe faible’’. Cette ‘‘affirmation’’ est sans fondement et tient de l’ignorance et de la méconnaissance du véritable but de l’existence.

La Philosophie rosicrucienne estime et promeut l’égalité des sexes à travers la logique de la Loi de la Réincarnation. Celle-ci enseigne que pour apprendre la leçon consistant à respecter et à honorer le pouvoir et le caractère sacré de la Force de l’identité sexuelle dans la Grande Ecole de la Vie sur Terre, les hommes renaissent en tant que femmes et vice-versa, au moment où le Soleil séjourne dans l’un des signes du Zodiaque et que pour engranger toute l’expérience, l’Ego naît en des incarnations successives parce que l’expérience d’un sexe diffère grandement de celle de l’autre. Cette Philosophie nous enseigne en outre qu’à mesure que nous nous rapprochons plus que jamais de l’ère du Verseau qui surviendra dans 481 ans, bien que son influence se ressente déjà, la polarité masculine dominante devra être ajustée pour s’équilibrer avec la polarité féminine dans et par la paix et l’harmonie, afin de hâter l’avancement et l’évolution de l’espèce humaine.

 A cet égard, nous devons nous rendre compte et graver profondément dans les dédales de nos mémoires que tant que les femmes seront maintenues en état de servitude et se verront refuser leur juste place dans le monde en tant qu’assistantes et compagnes de l’homme, nous retarderons d’autant l’espèce humaine et notre développement. Il convient également de relever que ceux qui sont des hommes aujourd’hui endosseront le vêtement féminin dans leur prochaine incarnation, et qu’ils devront vivre sous les conditions qu’ils créent présentement. Ainsi, tout homme qui dénie à la gent féminine ses privilèges légitimes devra, tôt ou tard, subir les mêmes conditions, alors que ceux qui, aujourd’hui, arborent une tenue féminine jouiront des privilèges pour lesquels ils luttent présentement, sans avoir à les réclamer. C’est la raison ésotérique pour laquelle la pleine égalité des sexes doit être réalisée.
 En réalité, l’on ne répètera jamais assez que l’objet de la vie n’est pas le bonheur, mais plutôt l’expérience. Les chagrins et les peines sont nos maîtres les plus bénévoles, alors que les joies de la vie ne sont que des sentiments éphémères et fugaces. L’expérience, c’est la ‘‘connaissance des effets qui suivent les actes’’. C’est l’objet de la vie, couplé au développement du pouvoir de la volonté qui est la force par laquelle nous mettons en application les résultats de l’expérience. L’expérience doit être engrangée, mais nous avons la faculté de choisir entre l’accumuler par la voie difficile de l’expérience personnelle ou l’engranger par l’observation des actes posés par autrui, en raisonnant et en réfléchissant là-dessus, guidés par la lumière de toute expérience que nous avons déjà acquise. Le choix nous appartient, mais tant que nous n’avons pas appris tout ce que nous devons apprendre dans ce monde, nous devons y retourner. Nous ne pouvons demeurer dans les mondes supérieurs et y apprendre tant que nous n’avons pas maîtrisé les leçons de la vie terrestre.  Cela équivaudrait à envoyer un enfant à l’école maternelle un jour, puis à l’université le jour suivant. L’enfant doit se rendre à l’école maternelle jour après jour et passer des années à l’école primaire, puis dans les établissements d’enseignement secondaire pour que ses aptitudes soient suffisamment développées afin qu’il comprenne les disciplines qui sont enseignées à l’université.

L’homme est aussi à l’école – l’Ecole de l’expérience. Il doit s’y rendre plusieurs fois en des incarnations successives avant d’espérer pouvoir maîtriser toute la connaissance contenue dans le monde du sens, et devenir parfait, comme l’est son Père aux Cieux. Aucune vie sur Terre, quelles que soient sa durée et la richesse de son expérience, ne pouvait procurer cette connaissance ; c’est pourquoi la Nature a décrété que l’on doit retourner sur Terre après des intervalles de repos (mort) pour poursuivre son ouvrage là où on l’a laissé, exactement comme un enfant fait son travail à l’école chaque jour, après l’intervalle d’une nuit de sommeil.

Lorsque nous nous rendrons compte qu’il en est ainsi, la vie prendra une tournure et une signification totalement différentes. Nous comprendrons alors que, autant nous ne pouvons que prendre nos vies chaque matin là où nous les avons laissées la veille, autant, par le travail accompli lors de nos vies antérieures, nous avons défini les conditions dans lesquelles nous vivons et travaillons présentement, et que nous créons présentement les conditions de nos vies futures.

 Comme indiqué dans un précédent article, pour maintenir l’univers en équilibre en présence des (souvent peu sages) humains agissant comme ils le font, les Hiérarchies créatrices, qui sont responsables de l’évolution de l’Humanité, ont introduit dans l’univers une loi appelée la Loi de la Cause à Effet qui rapporte à chacun les effets de toutes les causes qu’il/elle a mis en marche. Ainsi, chaque chose que l’homme déséquilibre est remise en équilibre en fin de compte. En effet, l’homme récolte à travers les âges comme il sème par ses pensées, ses paroles et ses actes. Chaque pensée qu’il nourrit, chaque acte qu’il commet, chaque parole qu’il profère engendre une vibration qui, après avoir suivi l’itinéraire indiqué par la volonté de l’émetteur, revient à sa source originelle, chargée des fruits du voyage. Comme l’a naguère dit un philosophe, la Nature ne joue pas de tours à l’agriculteur. S’il sème du maïs, le maïs croît. Il ne peut en être autrement et il convient de répéter que les Grandes Intelligences nous ont placés dans ce monde physique pour que nous engrangions de l’expérience, et cette expérience s’obtient à travers les difficultés, les épreuves et les adversités. La Loi de la Cause à  Effet est la seule théorie qui satisfera un esprit logique et le sentiment de justice, en harmonie avec les faits de la vie tels que nous les voyons autour de nous. Cette même Loi requiert un ajustement exact des comptes. La mort ne ‘‘règle pas toutes les dettes’’, de même qu’emménager dans une autre localité ne liquidera pas une dette pécuniaire. La dette devra être payée, tôt ou tard, bon gré, mal gré, et les Anges Enregistreurs ou Seigneurs de la Destinée chargés de l’évolution de l’espèce humaine y veilleront certainement.  

La loi du semer et du récolter est inexorable et que nous y croyions ou pas n’affecte pas son dessein ou son fonctionnement. En effet, l’homme tisse continuellement la toile de la destinée sur le métier à tisser du temps et il crée pour lui-même un habit de gloire ou de ténèbres selon qu’il a travaillé pour le bien ou pour le mal. Nous ne pouvons pas récolter ce que nous n’avons pas semé. Encore moins, selon la même loi, pourrons-nous éviter de récolter ce que nous avons planté, bon ou mauvais.

Afin d’avancer en toute chose, il nous faut apprendre à faire un effort sincère pour pouvoir agir et atteindre notre objectif. En cette ère de profond changement, nous n’avons d’autre choix que de revoir notre position et d’adopter le nouveau paradigme qui reflète les principes de notre Egalité interne et externe, masculin/féminin, afin d’améliorer l’humanité en évolution.

Fort de ce fait et de ce que l’objectif premier de notre existence sur Terre est d’engranger de l’expérience, que cette expérience s’acquiert par des incarnations successives, masculines et féminines, et que nous récoltons ce que nous semons, veillons désormais à ce que la semence que nous mettons en terre soit celle dont nous souhaitons récolter les fruits.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents